Vins

Chénas, le dandy du Beaujolais

Le Chénas est considéré comme le plus petit et le moins célèbre des dix crus du Beaujolais. Sa force repose sur des accents poivrés et fleuris, et il honore le gamay avec caractère et exaltation.

Le Chénas tire le côté fin de ses pinots de la Bourgogne, au Rhône arctique le côté poivré de ses syrahs, pour réaliser une union parfaite.

Il s’agit d’un petit cru de par sa taille, situé entre Juliénas et Moulin-à-Vent, c’est terroir étalé sur deux zones dont l’une autour des Brureaux, sur les hauts de coteaux recouverts de granites aux alentours de la commune de Chénas ; l’autre, à l’extrême est, à La Chapelle-de-Guinchay. Grâce aux 300 hectares plantés de gamay noir on obtient deux styles de vins.

Le premier domaine, propose les coteaux de granit rose, veinés de quartz par secteurs, avec des cailloutis et du silex donnant de la force aux rouges épicés, très floraux dans leur fraicheur, assez parfumés et doté d’une composition unique. Des dizaines d’années suffisent à ces vins pour correctement vieillir. Le second secteur ressemble à des terroirs comprenant plus d’argiles, d’alluvions et petits galets, et comprenant moins d’abrupts. Les vins affichent un goût floral, plus composé et avec moins de finesse.

Des bourguignons très captivés

Faisant face à de nombreuses difficultés, le Beaujolais va provoquer la fermeture de plusieurs exploitations. En fait, plusieurs vignerons endettés ou ruinés écoulent leurs raisins en vrac au négoce ou proposent une partie de leur récolte à la seule coopérative de Chénas ou à leur fermier.

De plus, ceux-ci sont confrontés à l’absence de notoriété des vins de Chénas représentant un frein à leur montée en gamme. Très couramment, les prix se situent entre 6 et 8 €. Ce qui peut avantager l’amateur, mais pas l’appellation.

Chénas, le dandy du Beaujolais

Les plus populaires

To Top